Episode 22: Sorry it’s my first day!


Siffler en travaillant / lundi, février 5th, 2018

« Bonjour Mademoiselle G… » Ah ! La revoilà la personne importante de l’entretien. Après ton premier périple bus-rer-bus-tramway-métro tu as enfin fini par arriver. C’était tellement long que tu as l’impression qu’un jour est passé depuis que tu es partie. Quelle heure est-il ? 9h04, tu avais rendez-vous à 9h…  Battements de cœur, coup de chaud… Ça  va, la personne importante n’a pas l’air d’avoir remarqué. T’avais pris de l’avance pourtant, mais il y a eu un malaise dans le train avant le tien, c’est ce qu’a dit le speaker du métro que personne n’aime parce qu’il apporte toujours des mauvaises nouvelles. Un malaise en heure de pointe, quelle idée, il ne pouvais pas attendre midi non ! Enfin bref te voilà installée dans le bureau le mieux exposé du bureau. Le mieux exposé au niveau de l’open space en fait, à l’entrée, dos à la porte, là où tout le monde te voit mais où tu ne peux voir personne. Tu es stagiaire pour 6 mois, il est logique qu’on t’ai accordé la place la plus pourrie. Au moins tu es à côté de la fenêtre. Ah non, c’est un trompe l’œil, il n’y a pas de fenêtre. Heureusement qu’on est en hiver. Ah non… Bon on arrête de se lamenter rien ne peut entamer l’optimisme du premier jour ! En plus tu te fais vite une copine, à peu près le même âge que toi, c’est cool.

-Ça pue.
– Comment ça ça pue ?
– Au -1 il y a une odeur je te raconte pas on dirait qu’il y a un cadavre qui pourrit depuis 3 mois. Ça se trouve c’est la fille de la compta qui a pris des vacances t’imagines l’horreur haha hein Marie ? … Marie ? Elle est pas arrivée encore ? Toujours en retard celle-ci !

Dans toutes les boîtes c’est la même chose, il y a un endroit où ça pue. Ça a toujours été, à croire que c’est devenu une norme. Pour entrer dans le classement des grandes entreprises, vous devrez avoir un endroit qui pue. Un vrai endroit, un sous-sol, des toilettes… Pas seulement l’haleine du patron ni les pieds de votre voisin quoi.

Zzzz
-Et donc pour finir tu sélectionnes ton dossier et tu le mets dans la boîte…
Zzzz
– Et tu m’écoutes ??!
– Hein quoi ?

Les premiers jours, c’est dur de se concentrer sur tout ce qu’on te dit. Il y a beaucoup de choses à savoir, à retenir, à comprendre et tu ne sais plus trop où tu en es parfois, ni même où tu es. Ni ce que tu as le droit de faire. Est-ce que j’ai le droit de manger cette pomme dans le bureau ? Personne ne mange… C’est bizarre… Je demande ? Non c’est ridicule…
C’est toi en vérité qui te sens un peu ridicule, les premiers jours c’est toujours pareil, il suffit de prendre ses marques.

– Ah non mais ça c’est avec la pratique tu le maîtriseras avec l’expérience c’est un peu long au début… Tu restes combien de temps déjà ?

Il y a toujours cette collègue qui fait semblant de t’expliquer parce qu’en vrai ça lui casse les noix. On peut la comprendre en même temps, elle n’est pas payée à faire du baby sitting. Et être un bébé, c’est clairement le sentiment que tu as d’être là tout de suite. Surtout quand on te demande de mettre en pratique ce que tu viens de voir.
– T’as compris ? Allez à toi !
A moi ??? Merde. Pour peu que tu te sois un peu endormie pendant les explications en pleine digestion de l’après-midi, tu sens les gouttes de sueur froides dans ton dos. Bon alors en premier tu click droit… Afficher… Document… ouf on s’en sort Hehe trop facile… ouvrir… changer la police…
Tu t’appliques autant que pour la réalisation de tes dessins de fête des mères à la maternelle. Tu ne veux pas passer pour un crétin, du moins pas trop tôt. Copier…. coller…. mettre en PDF… …. …. Merde, me souviens plus la suite.

C’est compliqué de se faire accepter. C’est comme dans la cour de récrée. Il y a des gens qui sont tout de suite tes copains. Et d’autres tu ne sais pas trop pourquoi tu sais qu’ils ne t’aiment pas. Enfin qu’ils s’en fichent un peu. – Un nouveau ? Ah cool… Espérons qu’elle soit plus drôle que la dernière. C’était quoi son nom déjà ? – Comme dans la cour de récrée certes mais tu es bien loin d’avoir l’énergie de gambader comme un renard les soirs d’été. Il y a encore deux ans, tu arrivais à sortir, faire une nuit blanche et re-attaquer une nouvelle journée en carburant avec quelques cafés. Maintenant, tu es obligée de prendre des cafés avant et après la soirée. Avant pour te donner des forces, et après pour assumer.

– Aie j’ai mal à la tête, vous n’auriez pas un doliprane ?
Ça c’est l’effet que te fais la collègue qui parle, qui parle, qui parle… Infatigable, tu es là depuis 3 jours et demi que tu connais déjà le nom de son chien, le repas préféré du neveu de sa cousine et ses histoires pas très catholiques avec Serge de la compta. Parce que concernant ce genre d’histoires, c’est sûr qu’on est loin de l’innocence de la cour de récrée…

– Service commercial j’écoute ?
Même pour répondre au téléphone il y en a qui prennent des voix assez étranges qui donnent envie de rire mais en tant que stagiaire bien sage on ne le fait pas. Surtout que toi, il te fait angoisser ce foutu téléphone. Parce que tu sais que si tu réponds tu vas forcément tomber sur quelqu’un qui te pose une question à laquelle tu ne sais pas répondre. Ça peut être Serge de la compta qui te demande des informations sur un dossier, comme un client pénible qui va te demander combien de petites lampes composent le sol de l’entrée. -il y en a…. 52 ! (Oui au pif mais 52 ça sonne bien). Bref tu sais que quand ce téléphone sonne et que tu réponds, bin tu ne réponds pas en fait, t’en sais rien, tu ne comprends pas de quoi ils parlent et alors tu essaies d’imiter la voix mielleuse de ta collègue car au final c’est plutôt pratique : « merci pour votre appel, je me renseigne et reviens très vite vers vous ! Bisous. » Nooooon !!!! Tu viens vraiment de dire bisous au patron, par sale habitude de terminer tes conversations téléphoniques comme ça. Bon petit stagiaire, il faut te remettre dans le bain, le plus dur reste à venir…

Conclusion : L’entretien d’embauche, on pense souvent qu’il est terminé après cette première rencontre, quand tu dis « au revoir merci » et que chaque partie affirme revenir vers l’autre rapidement. Mais ça tu as appris depuis longtemps que c’est une idée erronée. Cet entretien en réalité il se prolonge bien au-delà, de la fameuse rencontre, jusqu’à ton arrivée passant par ton intégration ou non dans l’entreprise et avec tes collègues, pour finir par te faire ta petite place et que les gens s’habituent à ta présence. Par mails, tu commences à recevoir des « bonjour Marjorie ». Du personnel d’autres services te reconnaissent, tu le sais parce qu’ils n’ont plus ce sourire gêné des premiers jours qui veut dire « Bonjour certes, mais qui es-tu ? ». Tu commences à t’habituer aussi, à ne plus te poser de question pour manger ta pomme et à signaler à Serge que tu as remarqué une erreur dans sa facture. Tu fais ton trou quoi et tu t’en sors bien. « Pause déjeuner !! » Arrête de lire cet épisode et dépêche toi de suivre le convoi, sinon tu n’auras plus de place sur les banquettes de la cantine…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *