Episode 4: Baby you are sweating… La salle de sport


Un expatrié à New York / vendredi, janvier 5th, 2018

 

J’ai dit «  je ne veux pas grossir »» on m’a dit « inscris-toi à la salle de sport ! » j’ai dit « No Way ! » on m’a dit « Si ! » j’ai dit « d’accord ».

 

 

J’ai toujours refusé de courir sur un tapis comme un hamster dans sa boule, mais malheureusement le temps hivernal n’est pas propice au footing. « Le froid est pour moi le prix de la liberté… » Pour le reste, il faudra aller dans ce lieu de torture international: la salle de sport. Mais on ne parle pas de n’importe laquelle ici, on parle de la salle de sport des États-Unis d’Amérique, c’est là toute la complexité de la chose.

Voyez – vous en France ou j’imagine n’importe quel autre endroit de la sphère occidentale, le sport est fait pour s’entretenir, maigrir pour les plus ambitieux, transpirer un bon coup pour les plus nerveux, et le tout à la fois quand on est plein d’ambition et qu’on a plein de projets classés «… », bref vous connaissez la suite. Aux USA, l’utilité de la salle de sport peut se décliner en bien plus de variantes. Me voilà donc partie pour la première étape de mon projet : regrouper des témoignages divers.

 

« Salut, tu vas où à la gym? ». Très bon moyen de faire connaissance, la conversation est lancée et vous pourrez constater si l’allure élancée  de votre correspondant est méritée  (Les « huuuum non moi je ne vais pas au sport, je peux manger 4357 morceaux de chocolat d’un coup sans prendre 1 gramme, c’est fou! » sont des personnes à éviter pour votre santé mentale croyez-moi). Cette question est parfaite après l’épuisement de la conversation sur la nourriture, si par malheur vous n’avez pas réussi à rebondir sur l’amour que vous portez à votre chat. Donc non seulement vous vous ferez des copains (« ah oui toi aussi tu connais le phénomène d’une seule auréole sous un bras? Haha! Haha… hum…) mais vous pourrez aussi savoir quels sont les plans à éviter, ce qui ne vous empêchera pas de plonger la tête la première dedans,  sous prétexte que l’endroit était joli…

 

1/La salle de sport « coucou tu veux voir mes muscles? » 

Le concept est très simple: L’important n’est pas de faire du sport, mais de se prendre en photo à chaque fois qu’on fait semblant d’en faire. Et de les diffuser immédiatement sur tous les réseaux sociaux à disposition. Bref, pas trop mon truc, mais au moins on travaille les abdos: fou rires garantis en observant la salle. Entre le gros baraqué qui soulève 2 poids et enchaîne le selfie, la blondasse bien roulée qui en soulevant une jambe à quatre pattes tente de prendre une photo de ses fesses contractées (ça, c’était le plus drôle), et le gars qui compare les photos de « l’avant et après sport » d’un air satisfait, on rigole vraiment bien. Et il paraît qu’un fou rire vaut 20 minutes de sport. Efficace cette salle!

 

2/La salle de sport VIP 

Alors là on arrive à un autre level: la salle de sport des personnes qui n’en ont absolument pas besoin et feraient mieux d’aller manger un mcdo. A croire qu’à l’inscription ils ont tous dit « Salut j’ai une masse corporelle composée de 100% de muscles et je ne me nourris que de carottes sans conservateurs ajoutés, je suis canon mais les brindilles à la place de mes jambes manquent de tonus ». Le critère pour rentrer: faire 50 kilos toutes mouillées, ou avoir le corps de monsieur parfait, enchaîner 4heures de sport tous les jours et surtout, surtout… ne pas transpirer. Et ça c’est contraignant. Imaginez vous sur votre machine, vous avez passé l’échauffement depuis un moment et pour chauffer ça commence à chauffer. Les cuisses qui crient « arrêteeeee pourquoi tu fais çaaaa » une tête qui dit « je ne mangerai plus jamais de bacon » et un visage bouffi entre rougeurs, spasmes oculaires et grosses gouttes dégoulinantes. Au moment où vous vous dites « je suis fière de moi, bientôt le corps de rêve » il y a justement CE corps de rêve qui se pointe sur la machine en face de vous. Et là vous assistez impuissante au spectacle de la nana canon qui après avoir passé 45 minutes à fond sur sa machine,est toujours aussi fraîche qu’en arrivant. Aucun signe de souffrance, aucun trait changeant, rien. Elle, elle a pas passé son week end à manger du bacon c’est sûr. Et zut. Bon au moins j’ai compris pourquoi la salle était aussi propre. Ce n’est pas le ménage, mais la pureté de la clientèle. Pas pour moi non plus.

 

3/La salle des ploucs 

Là on parle des gros ploucs, les vrais de vrais, ceux qui sont du genre à passer dans les télés réalités. Le genre de personne qui n’ont jamais fait de sport de leur vie et pense pouvoir soulever 45 kilos sans échauffement où mettre le tapis niveau 36 sans aucune difficulté. Passé le stade drôle,  ça en devient même pathétique. Et ça n’a pas loupé, il y en a un qui a volé, éjecté de son tapis de course. Si la machine avait pu parler elle lui aurait sûrement hurler « Rentre chez toiiiii, ta mère t’a fait des gaufres» (ah non je me trompes sûrement de contexte…) C’était drôle certes, mais un lancer de pingouin t’a suffit, tu ne voudrais pas te prendre le prochain sur le pied. Cette salle est bien trop dangereuse pour toi.

Conclusion: Bref les tests ont étés conclus non concluants. Alors j’ai décidé de tout simplement m’inscrire à la petite salle de sport près de chez nous, avec un mélange de tout ce petit monde. Du coup je me sens presque normale parmi tout ce pot pourri de gens anormaux. Je crois que c’est un peu ça,  le sport aux USA, se redécouvrir chaque jour. Testé et approuvé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *