A une inconnue qui fut un jour une grande amie

Chère Lucette,

Je ne me souviens plus de la dernière fois où nous nous sommes parlées. Il me semble qu’elle a été dérisoire, si banale qu’aucun signe ne nous aurait averti que c’était la dernière. On s’est dit au revoir comme si nous nous reverrions demain, mais ce demain n’est jamais arrivé. Ce demain n’aurait pas eu de sens. Notre relation est morte comme ça, naturellement, une nuit sans prévenir, dans son sommeil comme si son temps était venue.
A qui la faute ? A nous, à toi, à moi, à tout le monde et personne à la fois. Au temps. Celui qui nous fait changer, à demain. Ce lendemain qu’on attend, celui qui nous ouvre d’autres opportunités et celui qui nous fait changer de perspectives, Celui qui nous lasse, et enfin celui qui nous tente de partir.

On a grandi, Lucette. Et le cœur bien que plus grand en grandissant ne permet pas d’accueillir toutes les personnes rencontrées, et le cœur toujours en grandissant nécessite d’autres besoins. Tu n’as plus besoin de moi comme je n’ai plus besoin de toi. Adieu, celle qui un temps fut ma confidente, adieu nos discussions et nombreuses aventures qui nous dégourdissaient le cœur. Adieu celle qui un temps fut de mes priorités, adieu une étape de ma vie, adieu…
On s’est souvent dit qu’il ne fallait pas regretter le passé, vivre le présent et regarder vers le futur. Et ce futur sera sans toi. Adieu nos rires, adieu nos danses, adieu nos chansons. Adieu aussi à tout ce qui a marqué ta vie, à tes peines de cœur, à tes soucis et à tes joies.

Nous avons pris des chemins différents. Ton nom résonne déjà de façon lointaine à mes oreilles. On s’est aimé… c’était quand ?

Je ne dis pas que tu ne me manqueras pas, Lucette. Il y aura bien des jours, des soirs qui seront plus inquiétants, qui auront un peu moins de sens, qui seront plus cruels quand la nostalgie pointera le bout de son nez au détour d’une photo ou d’un petit mot retrouvé. Il y aura bien des soirs où j’aurais envie de comprendre. Mais tu es déjà bien loin Lucette, tu es déjà là-bas où la communication n’arrive plus à passer.
On est parti loin Lucette, et le hier est resté sans nous suivre. Cette histoire de demain, n’arrivera plus.

Bon vent Lucette. Ah, et surtout, merci. Merci d’avoir contribué à mon histoire et faire de moi ce que je suis devenue. Merci d’avoir échangé, merci d’y avoir cru. Merci de m’avoir inspiré cette passion qui me fait écrire ces quelques lignes et ses sentiments qu’on appellera plus tard le bon vieux temps.
Adieu et merci à toi, celle qui fut un temps mon amie.

Conclusion: On a tous trouvé que Rox et Roucky était un dessin animé très triste. Seulement dans la vrai vie un jour, il arrivera que Rox ça sera toi et Roucky sera Lucette. Et comme dans le dessin animé, ce n’est pas tellement la fin qui est triste, c’est le moment de la séparation et le goût amer d’inachevé qu’elle nous laisse. Comme toute rupture, une rupture amicale fait mal, mais elle n’est pas insurmontable. S’il y a rupture, c’est que la vie vous a séparé, et qu’il en est mieux ainsi. A la fin, la raison prendra le dessus sur la blessure, et tu avanceras, tu oublieras même peut être. Et Lucette partira de ton esprit comme elle est partie de ton cœur. C’est une épreuve qui fait partie de la vie. On ne vit pas heureux avec beaucoup d’enfants à tous les coups, et c’est ce qui fait la valeur des relations qui durent. Souviens-toi surtout que le temps joue un rôle qui lui est propre: une rupture n’est, comme une relation, jamais totalement figée…